L'IDE(A)L vous parle

PAS DE CLIVAGE ENTRE NOUS

👍1
😍3
😂
😢
😠
👎
|
🗨️
PAS DE CLIVAGE ENTRE NOUS
Ce n'est pas parce que l'on devient idel qu'il faut oublier notre expérience en tant qu'ide (sans l) en institution. Avant de nous installer, nous sommes forcément passés par la case hôpital, clinique, Ehpad… en tant que stagiaire pendant notre parcours du combattant (études infirmières) puis pendant au moins deux ans en tant qu'infirmier, diplômé, validé par l'ETAT lui même (sacrée promotion).

Pour des raisons qui appartiennent à chacun, nous avons ensuite fait le choix de tenter la grande aventure du libéral au bout du délai imparti ou bien des années après.

Pour ma part je ne me voyais ABSOLUMENT PAS en libéral, je trouvais que ma place était en service de soins, notamment celui des "soins de suite et de rééducation" en palliatif. Certaines circonstances dans ma vie personnelle ont dévié mon choix et mon engagement, la vie est ainsi faite. Et tant mieux.

J'avais surtout tendance à croire que la motivation première des si nombreux "libéraux" restait "l'appât du gain". Comme la pub dénonçant les fameux "préjugés" je tombais dans la facilité de "croire que" sans savoir. Je ne dis pas que le côté mercantile n'a pas d'effet attirant sur certains soignants, je dis juste que d' ignorer la réalité vaut mieux ne pas conclure trop hâtivement. Au même titre qu'un commerçant dont l'affaire semble florissante et développer un bon chiffre d'affaire, on n'en voit que la vitrine, pas l'arrière boutique.

Image Forum CalendrIDEL


Ceci étant dit, je n'oublie pas d'où je viens ni là où je suis (pour le moment). En tant que libéral, nos soins sont tarifés à l'acte (même si la cotation dégressive en cas de cumul fait grincer des dents) contrairement à ceux de nos collègues en institut. Certes la revalorisation de notre fameuse nomenclature tarde (et tardera encore longtemps je pense) à venir. Mais si nous devions accomplir l'ensemble de nos soins sans cotation ni cumul facturable, je ne suis pas sûre que le libéral se montrerait si "attractif" pour certains. Je reviens donc sur le côté financier attrayant et motivant.

Image Forum CalendrIDEL


On pourrait dénoncer le dédommagement obsolète et pitoyable de nos frais de déplacements, la tarification dérisoire ou absente de certains soins, le côté charges, cotisations exorbitantes aux différentes caisses, impôts ; les inconvénients de nos horaires coupés et de nos journées sans fin, les kilomètres avalés en voiture, les escaliers empruntés par milliers, les grands moments de solitude, les quartiers "chauds" ou l'insalubrité, l’exiguïté de certains lieux de vie dans lesquels nous devons exercer ; les galères pour trouver remplaçant, collaborateur ou pour s'installer ; les adhésions (payantes) aux prévoyances, assurances de toutes sortes pour les "au cas zou", tout le côté administratif avec le temps passé à facturer, télétransmettre, vérifier (avec le terrifiant "risque d'indus" qui nous guette au moindre faux pas) celui à courir après les ordos, les toubibs, le matériel ; la précarité de notre statut dans le sens où nous restons les seuls avec une obligation de continuité des soins H24 QUOI QU'IL NOUS ARRIVE.

Image Forum CalendrIDEL


Nos collègues restés en institut bénéficient certes du "travail en équipe", du matériel et des tenues fournis, des plannings plus ou moins équitables, des congés payés, du droit à l'arrêt maladie. Théoriquement, une fois leur service terminé, ils peuvent prétendre à couper définitivement avec le boulot en rentrant chez eux (téléphone compris).

Image Forum CalendrIDEL


Image Forum CalendrIDEL


Il n'en reste pas moins que pour 1700 euros brut par mois (hors primes) ils gèrent un service entier (souvent seuls en tant qu'ide) sans compter le nombre de patients à charge, les différents soins, les urgences, la course après les médecins de garde, les appels incessants des sonnettes, la confrontation avec certaines familles, les rappels sur leurs jours de repos, etc...PAS DE BONUS pour les multiples perf ou soins techniques non plus. Les infirmiers de nuit sont sous payés, sous estimés face à l'énorme responsabilité de cadrer plusieurs services ou étages, aidé d'un aide soignant dans le meilleur des cas. Par contre peut-être qu'à leur niveau, ils aimeraient bien bénéficier d'un "quota" limité d'AIS par jour alors que du notre, certains ne rêvent que de le dépasser.

Image Forum CalendrIDEL


Pour conclure je dirais donc : restons solidaires, ne tombons pas dans la facilité de nous comparer, de nous juger ou de nous critiquer. Nous sommes tous des soignants pour qui hélas, on ne reconnait pas vraiment notre dévotion au service des personnes en souffrance ou en dépendance. Hôpital ou domicile, même combat. Alors ne nous trompons pas "d'adversaire(s)"...

RESPECT ET MERCI A CHACUN
👍1
😍3
😂
😢
😠
👎
|
🗨️

Autres articles pouvant vous intéresser

Commentaires

2
le 10 Sep 2018
Entièrement d'accord ! Bien dit :)
Répondre
le 10 Sep 2018
youpppiii
Répondre

Chargement

Chargement du formulaire en cours...

Si celui-ci ne s'affiche pas, c'est que javascript n'est pas activé sur votre navigateur.
Javascript est indispensable au fonctionnement du site.

Le statut titulaire représente les titulaires et collaborateurs du cabinet.

Les statuts rempla√ßant et rempla√ßant ponctuel repr√©sentent les rempla√ßant·e·s du cabinet ; dans le second cas, l'utilisateur·trice n'a acc√®s qu'√† ses propres donn√©es et ne peut donc pas consulter les p√©riodes des autres individus du calendrier.

Sont r√©pertori√©s ici tou·te·s les rempla√ßant·e·s, y compris les "rempla√ßant·e·s ponctuel·le·s" qui ont des dates ce mois-ci (s'ils/elles n'ont aucune date attribu√©e pour ce mois, ils/elles n'apparaissent pas dans la l√©gende).

Sont r√©pertori√©s ici tous les calendriers o√Ļ vous √™tes rempla√ßant·e, y compris ceux o√Ļ vous √™tes "rempla√ßant·e ponctuel·le".

Les lignes de remplacement n'apparaissent sur le calendrier que si vous avez des dates dans le mois affiché.